Fermer
06 La fuite

Félice fut poussée hors du cimetière par des sifflements diaboliques, par la nuit qui tombait, par des ombres qui parcouraient l’allée.
La fumée noire s’était dissipée.
Elle se remit cependant à courir.
Elle descendait l’étroit trottoir d’une rue déserte, plantée de réverbères d’un seul côté, et coupée en deux par une ombre profonde dans laquelle Félice s’égara.
Soudain, heurtée par une invisible silhouette, elle perdit l’équilibre, vacilla un instant, et s’effondra en poussant un cri.

Bernard-Marie Koltès, La fuite à cheval très loin dans la ville, extrait

PAS DE MISE EN SCÈNE 

1984 français La fuite à cheval, très loin dans Trad :


la ville






Editions : Éditions de Minuit, Paris





1996 allemand Flucht zu Pferd bis aus Ende Trad : Simon Werle


der Stadt






Editions : Verlag der Autoren, Francfort





1990 italien Fuga a cavallo lontano Trad : Giandonato Crico


nella città






Editions : Gremese Editori, Roma

 

Bernard-Marie Koltès, Entretien avec Alain Prique, Masques, in Une part de ma vie
« Ce sont des gens qui n’ont rien à faire, des gens un peu mous, un peu lâches, qui ont tout leur temps pour regarder les choses. Le fait de n’avoir rien à foutre, c’est un état que je trouve marrant à observer. J’ai passé cinq ans de ma vie, peut-être plus, à ne rien foutre du tout. Lorsque j’y repense, je me dis que c’étaient des années ni plus remplies ni plus vides que d’autres. Il y a simplement le fait que la tête, les sens de la perception, se mettent à marcher à une autre allure.
….
J’avais envie de raconter les gens comme je racontais la ville, c’est-à-dire montrer ce qui passe dans la tête de quelqu’un avec la précision qu’on peut avoir pour décrire un paysage, et sans prendre davantage parti, sans donner de raison. Le théâtre m’a un peu appris cela : montrer tout ce qu’on peut d’un personnage sans définir des motifs ; en général, lorsqu’on veut donner des motifs à quelqu’un ou à quelque chose, on est à peu près sûr de se tromper, comme dans la vie. Bref, raconter le mieux possible, sans jamais « résoudre ».
Notes :
Ce livre a été écrit à Pralognan (Savoie). Bernard-Marie Koltès séjourna seul dans la maison familiale, pour se désintoxiquer de la drogue. La Fuite à cheval, entre scénario et roman, est une sorte de récit issu de son expérience de la drogue.
Il tenta de faire éditer le livre, sans succès, pendant des années.