Fermer
12 Le retour

Dans une ville de province à l’est de la France, au début des années soixante, Mathilde Serpenoise retrouve la maison familiale qu’elle a quittée quinze ans auparavant.
Revenant d’Algérie avec bagages et enfants, elle est violemment accueillie par son frère qui l’accuse de fuir la guerre et de revendiquer son héritage.
Une bourgeoisie qui se dispute obstinément comme des paysans qui se souviennent éternellement des conflits de village sans en connaître l’origine et qui connaissent chaque borne de leur terrain malgré les ventes, les hypothèques et les abandons ancestraux.

Bernard-Marie Koltès

1988 Amsterdam (Pays-Bas) MeS : Gerardjan Rijnders Traduction : Thérèse Cornips






Théâtre : Stadsschouwburg, prod. Toneelgroep






Programmation : à partir du 09 avril 1988. Création mondiale sous le titre «Terug in de Woestijn »

avec Peter Oosthoek (Adrien), Hans Kesting (Mathieu), Catherine ten Bruggencate (Fatima), Hans Kerckhoffs (Edouard), Alexandra van Marken (Marie), Ingeborg Elzevier (Marthe), Kitty Courbois (Mam Queuleu), Sabri El-Hamus (Aziz), Ricardo Sibelo (Le Grand parachutiste noir), Fred Goessens (Saïfi et Sablon) , Cas Enklaar (Plantières), Hugo Koolschijn (Borny), Hans van den Berg, Marc heinz, Jan Kieboom, Hans Pieksma – Dramaturge Janine Brogt – Décor et costumes Paul Gallis – Lumière Gunter van Leemputten et Paul Gallis – Assistant m.e.s. Jan Kieboom 






1988 Hambourg (Allemagne) MeS : Alexander Lang Traduction : Simon Werle






Théâtre : Thalia Theater






Programmation : à partir du 17 septembre 1988.




Cette mise en scène a soulevé la colère de l’auteur : le metteur en scène n’avait pas respecté ses intentions qui lui semblaient « évidentes ». En l’occurrence, le parachutiste noir était interprété par un Blanc maquillé en Noir, Saïfi et Aziz étaient joués par deux Blancs déguisés en Arabes. Koltès, à cette occasion, envoya au théâtre Thalia, à son agent allemand, Stefani Hunzinger et à la SACD, des lettres explicitant ses volontés. (cf. Der Spiegel 24/10/1988 & Theater Heute, 5/1990, 5 mai 1990, Der Autor hat die totale Freiheit ! novembre 1988, Berlin, conversation publique avec Klaus Pierwoss et Michael Merschmeier, Brigitte Landes, Alexander Lang, Stefani Hunzinger, Henning Rischbieter, Manfred Beilhartz & Rapport du congrès de la Dramaturgische Gesellschaft, à Berlin, fin 1988 : déclarations de BM. Koltès & Une Part de ma vie, Ed. de Minuit, p. 101 et 152)






1988 Paris (France) MeS : Patrice Chéreau Traduction :






Théâtre : Théâtre Renaud-Barrault, Rond-Point – prod. Nanterre-Amandiers






Programmation : Du 27 septembre 1988 au 19 février 1989. Création en France

Avec Jacqueline Maillan (Mathilde), Michel Piccoli (Adrien), Bernard Nissile (Edouard), Jacques Debary (Plantières), Marie Daems (Marthe), Pascal Bongard (Mathieu), Hélène de Saint-Père (Fatima), Eva Ionesco (Marie Rozérieulles), Monique Chaumette (Madame Queuleu), Ben Smaïl (Aziz), Isaach de Bankolé (Le Grand parachutiste noir), Salah Teskouk (Saïfi et Sablon), Pierrik Mescam puis Max Desrau (Borny). Décor Richard Peduzzi. Costumes Caroline de Vivaise Lumière Daniel Delannoy Son Philippe Cachia Assistants Jean-Luc Chanonat, Denis Maillefer, Bernard Giraud






1989 Düsseldorf (Allemagne) MeS : Michel-François Pesenti Traduction : Simon Werle






Théâtre : Schauspiele






Programmation : à partir du 07 janvier 1989






1989 Wiesbaden (Allemagne) MeS : Werner Tritschler Traduction : Simon Werle






Théâtre : Staatstheater






Programmation : à partir du 25 février 1989






1989 Krefeld (Allemagne) MeS : Max K. Hoffmann Traduction : Simon Werle






Théâtre : Mönchengladbach – Vereinigte Bünhnen






Programmation : à partir du 16 mars 1989






1989 Franckfort (Allemagne) MeS : Uwe Erich Laufenberg Traduction : Simon Werle






Théâtre : Städt Bühnen – Theater im Depot






Programmation : en décembre 1989






1990 Ålborg (Danemark) MeS : SØren Iversen Traduction : Anne Chaplin Hansen






Théâtre : Ålborg Theater






Programmation : du 21 septembre au 20 octobre 1990






1991 Bruxelles (Belgique) MeS : Daniel Scahaise Traduction :






Théâtre : Théâtre du Rideau






Programmation : du 10 janvier au 06 février 1991






1992 Wuppertal (Allemagne) MeS : Regine Lohmann Traduction : Simon Werle






Théâtre : Wuppertaler Bühnen






Programmation : à partir du 03 avril 1992






1993 Renens (Suisse) MeS : Philippe Mentha Traduction :






Théâtre : Théâtre Kléber-Méleau






Programmation : du 21 janvier au 22 février 1993






1993 Malmö (Suède) MeS : Bo G. Forsberg Traduction : Sven Ake Heed






Théâtre : Malmö Stadsteatr






Programmation : à partir du 26 mars 1993






1995 Paris (France) MeS : Jacques Nichet Traduction :






Théâtre : Théâtre de la Ville






Programmation : en Octobre 1995, reprise à Montpellier (France) au théâtre des treize vents

avec Myriam Boyer (Mathilde), François Chattot (Adrien), Arthur Nauzyciel (Edouard), Mouss, Loïc Houdré, Sid Ahmed Agoumi, Vanessa Larré, Émile Abossolo-M’bo Décor Laurent Peduzzi.






2000 Prague (République Tchèque) MeS : Roman Polák Traduction : Kateřina Lukešová & Daniel Uherek






Théâtre : Cinoherni klub






Programmation : à partir du 11 décembre 2000

avec Emília Vášáryová (Mathilde), Petr Nárožný (Adrien), Matej Dadák (Mathieu), Lada Jelínková (Fatima), Marek Taclík & Michal Zelenka (Edouard), Dana Černá & Gabriela Filippi (Marie), Lenka Skopalová (Marthe), Barbora Hrzánová (Maame Queuleu), Pavel Kikinčuk (Aziz), Amos Rendjambé & Paul American (Le Grand parachutiste noir), Jindřich Bonaventura & Stanislav Oubram (Plantières), Milan Riehs (Borny), Bořík Procházka (Sablon), Stanislav Štícha (Saïfi), Helena Odstrčilová, Michala Pohořelá, Jana Břežková, Tereza Hofbauerová – Costumes Jana Zbořilová – Décor Ján Zavarsk






2001 Paris (France) MeS : Thierry de Peretti Traduction :






Théâtre : Théâtre de la Bastille






Programmation : du 08 janvier au 03 février 2001. Reprise TNP-Villeurbanne, du 06 au 11/11/2001 – Comédie de Valence, du 14 au 16/11/2001 – Nice, du 21 au 24/11/2001 – Théâtre du Nord-Lille, du 27/11 au 02/12/2001 – Espace Malraux-Chambéry, 05 et 06/12/2001 – Théâtre de la Garonne-Toulouse, du 11 au 15/12/2001 – Le Parvis-Tarbes, 19 et 20/12/2001

avec Clotilde Hesme (Fatima), Marianne Groves (Mathilde), Thierry de Peretti (Matthieu), Suliane Brahim (Marie), Monique Hermant-Bosson (Maame Queuleu), René Loyon, Foued Nassah (Adrien), François Orsoni (Edouard), Nadine Darmon (Marthe), Jean-Pierre Pancrazi, Gaétan Kondzöt (Le Grand parachutiste noir), Giuliano Errante (Saïfi), Jean-Pierre Becker (Plantières), Christophe Veillon (Aziz), Jean-Louis Sarrato et Eric Pleuvrel (Sablon), Olivier Parisis (Borny). Assistant m.e.s. Ludovic Virot, Costumes Caroline de Vivaise, Décor David Bersanetti, assistant décor Grégoire Faucheux, Lumière Jean-Luc Chanonat, Son Nicolas Baby,






2004 Varsovie (Pologne) MeS : Anna Augustnowicz Traduction : Barbara Grzegorzewska






Théâtre : Teatr Powszechny






Programmation : à partir du 02 avril 2004

avec Eliza Borowska (Fatima), Dominika Ostaowska (Mathilde), Rafal Mohr (Matthieu), Karina Sewerin (Marie), Anna Moskal (Maame Queuleu), Adam Woronowicz (Adrien), Krzysztof Szczerbinski (Edouard), Paulina Holtz (Marthe), Rafal Krolikowski, Slawomi Pacek, Michal Zielinski Assistant m.e.s. Ludovic Virot, Costumes Caroline de Vivaise, Décor Marek Braun & Wanda Kowalska Musique Jacek Wierzchowski






2004 Metz (France) MeS : Jean de Pange Traduction :






Théâtre : Théâtre du Saulcy – Compagnie Astrov






Programmation : du 12 au 20 novembre 2004

avec Roch-Antoine Albaladéjo, Gaëtan Kondzot (le Grand parachutiste noir)






2007 Paris (France) MeS : Muriel Mayette Traduction :





Théâtre : Comédie Française, salle Richelieu





Programmation : du 17 février au 09 juin 2007

avec Catherine Ferran (Maame Queuleu), Catherine Hiegel / Dominique Constanza (Marthe), Martine Chevallier (Mathilde Serpenoise), Catherine Sauval (Marie Rozérieulles), Michel Favory (Aziz), Bruno Raffaelli (Adrien), Alain Lenglet (Borny), Michel Vuillermoz (Plantières), Julie Sicard (Fatima), Bakary Sangaré (Le grand parachutiste noir), Gregory Gadebois (Mathieu), Thomas Blanchard (Edouard), Pierre Louis-Calixte (Sablon) et Imer Kutllovci (Saïfi), Décor Yves Bernard. L’ayant droit de l’auteur s’exprima dans le journal Le Monde, « regrettant » que les volontés de l’auteur ne soient pas respectées, principalement pour le rôle d’Aziz. Après une critique généralement mauvaise de la mise en scène par la presse parisienne, la Comédie Française et son administratrice entreprirent une campagne médiatique sans précédent auprès du public et auprès de tous les théâtres de France. On y évoqua le « racisme absolu » que présenterait de la part de l’ayant droit une telle revendication. S’en suivirent deux procès en urgence intentés par la Comédie Française contre l’ayant droit. (cf. les minutes des réunions publiques organisées par la Comédie Française au théâtre du Vieux Colombier (24 avril 2007) et au Studio (24 mars 2007) – cf. les deux jugements (contradictoires) de la 17è chambre (20 juin 2007) et de la 3ème chambre (12 septembre 2007) du Tribunal de Paris – cf. le site internet affairekoltes.blogspot.com, le site mouvement.net (articles du 27 juin 2007), le journal Le Monde du 3 juin 2007, Georges Lavaudant : « Respectons Koltès », et du 21 juin 2007 « Respectez Koltès », signé par plusieurs metteurs en scène).
1988-2006 français Le retour au désert






Editions : Éditions de Minuit, Paris





1998 français Le retour au désert






Editions : Ernst Klett Verlag GmbH, Stuttgart (édition scolaire)





1988 allemand Rückkehr in die Wüste Trad : Simon Werle





Editions : Hunzinger Bühnen Verlag GmbH, Bad-Homburg





1988 allemand Rückkehr in die Wüste Trad : Simon Werle





Editions : Athenäum





1997 anglais Return to the desert Trad : David Bradby


avec Black Battles with dogs & Roberto Zucco






Editions : Methuen Drama, Methuen, Londres, Grande-Bretagne





2008 coréen Le retour au désert Trad :





Editions : Théâtre et Homme, Corée





2001 espagnol Regreso al desierto Trad : Nathalie Canizares Brundorf


avec En la Soledad de los Campos de algodón






Editions : Hiru teatro, Hondarribia





2002 espagnol El Retorn al desert Trad : Carmen Portaceli & Lluis Hansen





Editions : sans édition







2002 espagnol (Argentine) El Regreso al desierto Trad : Boris Schoemann





Editions : sans édition







1995 espagnol (Colombie) El Regreso al Desjerto Trad : Sandro Romero Rey


avec Tabataba






Editions : Gertus Separata Dramaturgica





1997 espagnol (Mexique) De Vuelta al disierto Trad : Pilar Sanchez Navarro


avec Roberto Zucco






Editions : Ediciones El Milagro, Mexico





1999 espagnol (Uruguay) La Vuelta al desierto Trad : Beatriz Vegh





Editions : Trilce





2003 géorgien Le retour au désert Trad :





Editions : Sani, Tbilissi





1993 hébreu Le retour au désert Trad : Doron Tavori





Editions : Tel Aviv





1991-2003 italien Il Ritorno al deserto Trad : Jean-René Lemoine


avec Nella Solitudine dei campi di cotone, Scontro di Negro contro cani, Quai ouest.






Editions : Ubu Libri, Milan





1996 lituanien Sugrizimas i dyquma Trad : Laima Rapsyle


avec Medvilnes lanku vienatveje






Editions : Regnum Fondas, Vilnius





1988 néerlandais Terug in de Woestijn  Trad : Thérèse Cornips





Editions : Edition théâtrale Bookshop, Toneelgroep, Amsterdam





2003 polonais Powzot na Pustynic Trad : Barbara Grzegozawska





Editions : In Dialog, Varsovie





1995 portugais (Brésil) O Retorno ao deserto Trad : Leticia Coura


(édition et traduction interdites)






Editions : in Teatro de Bernard-Marie Koltès Hucite, Sao Paolo





1995 russe Le retour au désert



avec La Nuit juste avant les forêts, Combat de Nègre et de chiens, Quai ouest, Dans la solitude des champs de coton, Roberto Zucco, Tabataba

Editions : Moscou







2003 slovaque Nàvrat do Puste Trad : Martina Simovà





Editions :
Divadelna edicià, Bratislava





2006 tchèque Návrat do pouště Trad : Kateřina Lukešová





Editions : in Anthologie Koltès, Divadel ni ustav, Prague





2003 turc Çôle Geri Dönus Trad : Isik Ergüden


avec Roberto Zucco, Tabataba, Sallinger






Editions : Dost kitabevi, Istambul


Bernard-Marie Koltès – Lettre à Madame B L – Thalia Thater 17 octobre 1988
Madame B L
Thalia Thater, Alstertor
2000 Hambourg1- RFA
Madame,
J’aurais aimé qu’avant d’entreprendre de monter « Le Retour au désert », vous preniez la peine de lire la pièce et, éventuellement, de lire aussi les autres. Cela vous aurait épargné la peine de me « rassurer » sur le fait que les rôles d’Arabes ne sont pas joués par des Turcs. Mon propos était, bien évidemment, le contraire. À défaut d’acteurs arabes, des acteurs turcs ou pakistanais s’imposaient, car il me semble qu’ils subissent les mêmes tracasseries de la part des fascistes que les Arabes en France dans les années soixante.
Quant au personnage du « Grand Parachutiste Noir », il m’aurait semblé grotesque de préciser dans le contrat qu’il devait être évidemment joué par un acteur africain habillé en parachutiste. Mais j’étais loin de soupçonner l’incroyable vanité et l’infantilisme des metteurs en scène et des dramaturges.
Vous avez pris la responsabilité de la création de cette pièce en Allemagne. C’est donc cette pièce qu’il fallait représenter, et non vos propres visions. Il existe dans le répertoire mondial des milliers de pièces d’auteurs morts, et célèbres, et dont tout le monde connaît les pièces. Ce n’est pas mon cas.
Je regrette que Madame Hunzinger vous ait donné les droits, et je désavoue totalement ce spectacle.
Bernard-Marie Koltès
Bernard-Marie Koltès – Lettre à Madame Stefani Hunzinger
Paris, le 17 octobre 1988.
Madame Stefani Hunzinger
Hunzinger Buhnenverlag
Kaiser-Friedrich-Promenade 43, postfach 1654
6380 Bad Homburg RFA
Chère Stefani,
Je vous adresse une copie de la lettre que j’ai adressée à la Société des Auteurs ainsi qu’au Théâtre de Hamburg.
Je vous demande de ne plus signer de contrats pour mes pièces sans que j’aie été très précisément informé du projet.
En ce qui concerne « Le Retour au Désert », je regrette qu’on ne puisse interrompre les représentations de Hamburg. Quoi qu’il en soit, et pour cette pièce là, il conviendra de faire figurer dans le contrat :
- que le parachutiste noir doit être joué par un Africain habillé en parachutiste,
- que les deux rôles d’Arabes doivent être joués soit par des Arabes, soit par des Turcs, ou des Pakistanais, ce que vous ne semblez pas avoir compris lors de notre entretien téléphonique.
Je préfère, ma chère Stefani, ne pas être joué en Allemagne que de l’être dans ces conditions .
Bien à vous,
Bernard-Marie Koltès
Bernard-Marie Koltès – Lettre à M. Jacques Boncompain – SACD
Monsieur Jacques Boncompain
SACD
11bis, rue Ballu
75009 Paris
Paris, le 18 octobre 1988.
Cher ami,
Des échos me sont parvenus d’Allemagne sur des mises en scène de mes pièces, qui m’ont – et c’est un euphémisme – consterné.
J’ai donc décidé, contrairement à ce que j’ai fait jusqu’à présent, de surveiller très étroitement les projets de réalisation de mes pièces, y compris celles qui ont été déjà créées.
Je vous prie de prévenir les agents dans les différents pays de ne plus accorder les droits, sans que j’aie été auparavant informé très précisément du projet. Vous pouvez dès maintenant les avertir que je n’accorderai jamais l’autorisation de représenter mes pièces si les rôles d’Africains ne sont pas joués par des Africains. Quant aux rôles d’Arabes, il conviendra d’en discuter selon les pays. Je désire aussi être informé des costumes,
Décors, etc…
Vous devez aussi leur signaler que je n’admettrai plus, que des interprétations fantaisistes soient faites de mes pièces, et que j’exigerai le strict respect de ce que j’ai écrit.
J’adresse un courrier et une copie de cette lettre à Madame Hunzinger pour lui rappeler ces principes.
Merci de faire le nécessaire.
Bernard-Marie Koltès
PS. : Cette décision concernant aussi la France et les pays francophones, je vous remercie de la faire connaître aux services concernés.
Heiner Müller, Alternatives Théâtrales
Pour moi ce qu’il y a d’énorme, c’est ce mélange de Rimbaud et de Faulkner. Les personnages sont construits et développés entièrement à partir du langage. En même temps on trouve dans ces textes une structure moliéresque. Cette structure moliéresque, cette structure d’aria apparaît le plus nettement dans Le retour au désert. Ce qui a sans doute aussi à voir avec le sujet : la famille française dans laquelle soudain quelque chose d’étrange fait irruption. Ce que fait Koltès c’est quelque chose de très rare dans l’écriture dramatique récente. Les pièces des autres auteurs n’ont souvent qu’une structure d’intrigue, et l’intrigue est ennuyeuse au théâtre. Il faut plutôt rendre obscure ou faire sauter cette structure d’intrigue. Chez Koltès, par contre, il y a une structure d’aria. Cela veut dire que l’auteur est plus ou moins directement présent dans ses textes, dans ses personnages. Je trouve ça très important parce qu’en ce moment la tendance générale est l’extinction de l’auteur, du texte et aussi du théâtre. C’est pourquoi Koltès a été, au fond, le seul qui m’ait intéressé dans la nouvelle dramaturgie (…)
Thierry de Peretti, Magazine littéraire, n°395, février 2001
Tout ce que je crois discerner dans « Le Retour au désert » tient en très peu de place. Je ne peux rien expliquer ni même débroussailler, finalement. Ce n’est pas un texte qui se pense mais qui se prend, comme on pourrait le faire d’une drogue. Les acteurs, les collaborateurs artistiques et moi-même sommes en ce moment face à une matière en fusion qui nous brûle et nous bouleverse. De vrai, c’est à peu près tout ce que je peux dire.