Fermer
13 Les amertumes

Le théâtre est un jeu. Si l’on veut y participer, il faut en connaître les règles, les accepter, s’y conformer, faute de quoi on se trouve inévitablement dans la position stupide d’un adulte jeté dans le filet compliqué des jeux d’enfants dont il ignore la trame, et auquel il ne pourra jamais se mêler ni rien comprendre.
Il s’agit avant toute chose de décanter de se purifier au maximum des encombrements de l’intelligence à fleur de peau, décentralisée jusqu’à l’extrême. Il s’agit de retrouver les facultés de perception premières, et d’autant plus profondes qu’elles sont premières. Il s’agit de chercher la compréhension parfaite, c’est-à-dire celle qui ignore l’exégèse et la justification.
Compte tenu de cela, la portée de ce spectacle se situe dans l’immédiat, dans l’expérience immédiate et, de ce fait, devrait interdire, je crois, toute espèce d’appréciation, en ce sens que l’expérience aura eu lieu ou n’aura pas eu lieu. En dehors de cela, rien en vaut la peine d’être envisagé.
Démonteur du mécanisme, explorateur des règles du jeu, origine et aboutissement du jeu lui-même, le personnage d’Alexis se situe hors de l’action, puisque l’action n’existe qu’en opposition à lui. Mais c’est par lui que le spectateur peut entrer dans les limites de l’expérience, découvrant avec lui et au fur et à mesure de son “ grandissement ” autant l’essence du jeu que la fragilité des conventions sur lesquels il est établi. Comme l’acide sur le métal, comme la lumière dans une chambre noire, les amertumes se sont écrasées sur Alexis Pechkov.
Elles l’ont agressé avec la violence et la rapidité de la grêle et du vent, sans qu’un trait de son visage n’ait frémi.
Arraché, brûlé, debout enfin, il a arrêté les éléments comme on souffle une bougie.
Et sa voix a cloué le silence.

Bernard-Marie Koltès, programme du spectacle, Strasbourg, 1970

1971 Strasbourg (France) MeS : Bernard Koltès







Théâtre : Eglise Saint Nicolas et Théâtre du Pont Saint Martin






Programmation Création. Courant mai 1971

avec Elisabeth Meyrand, Bernard Koltès, Lise Dembrun, Josiane Fritz, Bernard Lagarrigue – Décor, costumes François Koltès
1998 français Les amertumes






Editions : Éditions de Minuit, Paris





2003 allemand Bitternisse Trad : Corinna Frey


avec Dumpfe Stimmen, Das Erbe






Editions : Verlag der Autoren, Franckfurt





2005 italien Le Amarezze Trad : Pietro Bontempo

avec L’Eredita, Roberto Zucco, Sallinger in De Sallinger à Roberto Zucco





Editions : Ubulibri, Milan
Notes
Cette pièce transposée d’Enfance de Gorki est le premier écrit pour le théâtre de Bernard-Marie Koltès. Il l’a mis en scène et interprété (pour le personnage d’Alexis) en 1970 à Strasbourg avec le Théâtre du Quai.