Fermer
21 Tabataba

Pourquoi tu ne sors pas, la nuit, quand tous les garçons de ton âge sont déjà dans la rue en chemise, avec le pli du pantalon bien repassé, et qu’ils tournent autour des filles ? Tout Tabataba est dehors, tout Tabataba est bien habillé, les garçons draguent les filles et les filles ont passé le jour à se coiffer et moi, mon frère a de la graisse plein les pattes et il bricole sa machine. Honte sur moi, on va croire que je ne sais pas repasser les chemises.

Bernard-Marie Koltès, Tabataba, extrait

1986 Avignon (France) MeS : Hammou GraĂŻa







Théâtre : Festival (Cycle « Oser aimer »)






Programmation : Création mondiale. Courant juillet 1986.

avec Isaac de Bankolé (Petit Abou),






1992 Saint-Denis (France) MeS : Stanislas Nordey







Théâtre : Théâtre Gérard Philippe






Programmation : courant septembre 1992

avec Gaël Baro – Lumière Philippe Berthomé






1993 Grenoble








Théâtre : Compagnie les inachevés






Programmation : du 1er mai 1993 au 31 décembre 1994. Grenoble puis toute la France.






1998 Bruxelles (Belgique) MeS : Don Verboven Traduction : Fran Lomme






Théâtre : Dramatische Kunst – Erasmushogeschool






Programmation : courant 1998

avec Leen Van Welden, Domien Van Der Meiren – Dramaturgie Driess Morels






1998 Santiago (Chili) MeS : Rodrigo Bazaes & Victor Carrasco







Programmation : du 17 au 23 avril 1998

avec Gabriela Hernandez (MaĂŻmouna), Tito Bustamante (Petit Abou)






1999 Ljubljana (Slovénie) MeS : Ivica Buljan Traduction : Suzanna Koncut






Théâtre : Mimi-Teater






Programmation : Saison 1999/2000

avec Robert Waltl – Décor Slaven Tolj






2000 Sào Paulo (Brésil) MeS : Magali de Silva Traduction : Maria Lùcia Pereira






Programmation : courant 2000






2003 Kinshasa (RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo) MeS : Philip Boulay







Théâtre : La Halle de Gombé






Programmation : du 22 au 30 juillet 2003

avec Miphy Giallo (MaĂŻmouna) et Toto Kisaku Mbengana (Petit Abou) – Bebson de la rue (musicien). DĂ©cor Jean-Christophe Lanquetin. Lumière Marc Boussac.






2005 Le Blanc-Mesnil (France) MeS : Philip Boulay







Théâtre : Forum et quartiers de la Seine-Saint-denis






Programmation : courant avril et mai 2005. Puis Avignon (France), Festival – Contre courant, 07/2006. Paris, Festival Quartier d’été, 08/2006

avec Miphy Giallo (MaĂŻmouna) et Toto Kisaku Mbengana (Petit Abou) – Bebson de la rue (musicien). DĂ©cor Jean-Christophe Lanquetin. Lumière Marc Boussac.
1990 français Tabataba


in Roberto Zucco






Editions : Éditions de Minuit, Paris





1990 allemand Tabataba Trad : Simon Werle


avec Roberto Zucco






Editions : Verlag der Autoren, Franckfurt





2006 arabe (classique) Tabataba Trad : Anissa Derrazi


avec Dans la Solitude des champs de coton, Roberto Zucco






Editions : Edition Aïni Bennä





2002 créole (Guadeloupe) Tabataba Trad : Hector Poullet


(avec d’autres auteurs)






Editions : L’Ibis rouge, Matoury, Guyane Française





1995 espagnol (Colombie) Tabataba Trad : Heidi Abderhalden Cortès


avec El Regreso al Desjerto






Editions : Gertus Separata Dramaturgica





1992 grec Tabataba


Avec Roberto Zucco et autres textes






Editions : Athènes





1992 italien Tabataba Trad : Anita Tatone Marino


avec Roberto Zucco






Editions : Guida Editori





1995 portugais (Brésil) Tabataba Trad : Leticia Coura


in Teatro de Bernard-Marie Koltès






Editions : Hucite, Sao Paolo





2000 slovène Tabataba Trad : Suzanna Koncut


avec La Nuit juste avant les forĂŞts






Editions : Mini-Teater, Ljubljana





2003 turc Tabataba Trad : Isik ErgĂĽden


avec Roberto Zucco, Çôle Geri Dönus, Sallinger






Editions : Dost kitabevi, Istambul





1995 russe Tabataba


avec La Nuit juste avant les forêts, Quai ouest, Dans la solitude des champs de coton, Roberto Zucco, Le Retour au désert, Combat de nègre et de chiens






Editions : Moscou





2006 tchèque Tabataba Trad : Daniela Joberta




Editions : Divadel ni ustav, anthologie Koltès, Prague
Stanislas Nordey, Magazine littéraire, n°395, février 2001
J’ai mieux compris Koltès, qui m’a longtemps paru un peu hermĂ©tique, un peu inaccessible, en montant « Tabataba ». Au fond, ses personnages sont toujours dĂ©vorĂ©s de l’intĂ©rieur, alors que ce sont, par exemple, des flambeurs chez Genet. Son théâtre est toujours un peu de l’ordre de l’intime, ce n’est jamais Ă©pique. Koltès Ă©crit « très proche » des personnages. Cela a beaucoup de consĂ©quences : par exemple, il faut monter Koltès dans de petits lieux, ou avec de petits moyens.
Lucien Attoun, entretien avec F.K. pour le film « Conversation élémentaire »
on Ă©tait avec (Bernard), Isaach de BankolĂ© et Hammou GraĂŻa et je leur ai proposĂ© de venir Ă  Avignon.. sur un thème.. « Oser aimer ». Il m’a dit : « Oh, ça m’intĂ©resse beaucoup ! »… Et un jour il m’a appelĂ©, je lui ai dit : « Alors, oĂą on en est ? Parce que Avignon commence Ă  attendre le texte. » Puis il m’a rappelĂ©, il m’a dit : « J’arrive, j’arrive, ça y’est, je l’ai ! » Alors moi j’étais très heureux. Il est venu donc dans mon bureau, Ă  Théâtre Ouvert et il m’a dit : « Ça y’est, je l’ai ! » Je lui ai dit : « Alors tu me le donnes ». Et il me l’a donnĂ© et c’était le titre, il m’a dit : « Ça s’appellera « Tabataba ». Je lui ai dit : « D’accord, mais le texte ? –Ah, le texte, il faut que je l’écrive, maintenant !