Capture d’écran 2014-03-26 à 10.48.43

Parution | Koltès, le sens du monde, par Christophe Bident

En février, aux Solitaires intempestifs                     

Après Koltès, Généalogies paru en 2000 aux éditions Farrago (et qui ressort en version numérique sur Publie.net — on y reviendra), Christophe Bident poursuit son travail sur l’œuvre de Koltès, en faisant paraître aux Solitaires Intempestifs un second ouvrage : Koltès, le Sens du monde.. Animé d’un même souci de désenclaver l’œuvre d’une lecture strictement dramaturgique, pour l’ouvrir à une approche philosophique et éthique, où l’esthétique prend son sens dans une inscription à son monde et son temps, cet essai, d’ores et déjà capital, renouvelle profondément l’approche de l’écriture et de la pensée de Koltès.

Ci-dessous, lire la présentation de l’ouvrage ; dans un avenir proche, on en proposera une lecture.

___________________________

Avoir le sens du monde ne signifie pas détenir le sens du monde. C’est même à se défaire d’une série d’approches totalisantes de l’existence que Koltès put en venir à exercer ce sens, que je tiens davantage pour un don sensible que pour un pouvoir de signification : un sens de l’intuition, de la disposition, un mélange de savoir, de savoir-faire et de flair, une grâce qui demande à la fois de se tenir proche du réel, en avant-scène, et au loin, au lointain. C’est parce que jamais Koltès n’aura voulu donner sens au monde, parce qu’il se sera toujours dépris, si l’on veut, des grands récits, parce qu’il ne se sera jamais soucié du sens et de l’interprétation, mais qu’il lui sera resté quelque chose du désir de « changer la vie », que sa posture devant le monde aura manifesté un désir d’infiltration, de pénétration, d’immixtion au sein du sens du monde qu’est le monde lui-même. En ce sens, il aura été l’exact contemporain non seulement de la mondialisation du monde, mais aussi des interrogations les plus fortes qu’on puisse lui adresser.

Christophe Bident

Professeur de théâtre à l’université de Picardie-Jules Verne, où il dirige l’UFR des Arts, Christophe Bident a publié plusieurs livres critiques. Ses projets visent à une réflexion critique sur la notion de post-dramatique et à l’élaboration d’une théorie de la mise en scène contemporaine.